Ca chatouille ou ça gratouille ?

Les parasites qui perturbent la vie de nos amis les chiens

La tique : un petit vampire

La tique vit dans les hautes herbes. Elle s’agrippe au chien, enfonce son rostre sous la peau et suce le sang jusqu’à en être gorgée. Elle peut transmettre diverses maladies dont la piroplasmose qui se traduit, au départ, par une fièvre, des urines foncées et une boiterie.

Comment la détecter ? Elle est facile à repérer par sa taille : de 5 à 10 mm.

Le traitement ? Utilisez un tire-tique qui permet de retirer le rostre : s’il reste en place, il peut provoquer une infection. Bien désinfecter avec un antiseptique.

La prévention ? Utilisez des répulsifs en spray, en pipette ou en collier. Depuis trois ans, il existe également un vaccin contre la piroplasmose, conseillé si l’animal fait de grandes balades à l’extérieur.

Les parasites internes : des intrus intestinaux

Ce sont tous les vers, ronds ou plats, qui infestent les intestins. Contrairement à une idée reçue, ils ne se voient pas dans les selles.

Comment les détecter ? Troubles du transit (diarrhée) et démangeaisons anales typiques. Le chien s’assoit et frotte son anus contre le sol en avançant à l’aide de ses pattes avant.

Le traitement ? Par vermifuge.

La prévention ? Vermifugez votre chien deux fois par an.

Le sarcopte de la gale : un mal souterrain

Invisible à l’œil nu, cet acarien pond dans des galeries qu’il creuse sous la peau. Extrêmement contagieuse, la gale se transmet par simple contact avec d’autres chiens. Elle est transmissible à l’homme.

Comment le détecter ? Démangeaisons intenses aux extrémités des oreilles et aux coudes et lésions croûteuses et suppurantes avec pelade. L’animal se gratte et se mordille sans arrêt.

Le traitement ? L’emploi d’acaricides. Si l’animal n’est pas soigné rapidement, les conséquences peuvent être très graves, surtout pour les chiots.

La prévention ? S’il a séjourné dans une pension, faites un traitement par sécurité. La gale se transmet en effet souvent dans les chenils et les collectivités de chiens.

Le phlébotome : une mouche à ne pas rencontrer la nuit !

Le phlébotome ressemble à un moustique, mais c’est une mouche. Seule la femelle pique et uniquement la nuit. Il ne se rencontre que dans la moitié sud de la France. Il est le vecteur d’une maladie souvent mortelle, la leishmaniose.

Comment le détecter ? C’est difficile d’autant plus que les symptômes de la leishmaniose – chute des poils, amaigrissement, problèmes cutanés, saignements de nez… – n’apparaissent que plusieurs mois (entre trois et dix-huit) après la piqûre.

Le traitement ? Des préparations à base d’antimoine que l’on administre sous forme d’injections pendant plusieurs semaines. Pas toujours bien supporté par l’animal.

La prévention ? Dans une région infestée, le port d’un collier enduit de deltaméthrine (insecticide et répulsif actif cinq mois). Ou, tout bête mais efficace : faire rentrer son chien avant la tombée de la nuit. En cas de courts séjours dans une région à risque, on peut se contenter d’un répulsif antiphlébotome en pipette.

L’aoûtat : un danger tapi dans l’herbe

A la fin de l’été, les microscopiques larves orangées de ces acariens attaquent de leur salive corrosive la peau fine des oreilles, des pattes ou du ventre des chiens. Les aoûtats ne sont pas dangereux. Ils meurent au bout de quatre jours, mais l’inflammation persiste plus longtemps.

Comment le détecter ? Démangeaisons avec lésions dues au grattage.

Le traitement ? Rien de particulier.

La prévention ? Les sprays antiparasitaires et les colliers antitiques sont aussi efficaces contre les aoûtats.

La puce : une vraie peste

Ce minuscule insecte (2 mm) a une salive allergisante qui provoque d’épouvantables démangeaisons !

Comment la détecter ? Le chien se gratte frénétiquement, parfois jusqu’au sang. En s’infectant, les lésions prennent même parfois l’aspect de plaques d’eczéma. On peut trouver des puces ou leurs crottes (petits points noirs et luisants) notamment sur l’arrière-train de l’animal.

Le traitement ? Antipuces et désinfection de l’environnement et des autres chiens et chats alentour.

La prévention ? Poudre, spray ou pipettes antiparasitaires aux actifs naturels antipuces. Les colliers antiparasitaires sont efficaces, mais peuvent provoquer des allergies.

Les chiens sont touchés par une multitude de parasites externes et internes. Un toilettage régulier et une observation attentive de votre animal aide à déceler les premiers signes d’infestation. Plus le traitement est précoce, plus il se révèle efficace et rapide. Mais attention toutefois au choix des produits utilisés. Mal adaptés, ils pourraient se révéler dangereux. Votre vétérinaire vous indiquera ceux qui conviennent le mieux en fonction de l’âge et du poids de votre chien.

Source : Version Femina, article écrit par Danièle Boone     www.femina.fr

 
Les autres articles de La revue santé
  • La race du mois
         Le Labrador   Selon la légende, Le Labrador serait né des amours d’une loutre et d’un Chien de Saint Jones ou de…
  • Actualités
    dsc_4388.jpg
      Pour rester connecté toute l'année, rejoignez-nous sur les réseaux sociaux pour connaître nos dernières…
  • Le mot du comportementaliste
    chat agress.jpg
        Mon chat n'est pas câlin, que faire ?     « Vanille n’est pas très câline… elle ne ronronne pas, elle ne cherche…
    Notre comportementaliste répond à vos questions, ICI.
  • La Revue santé
    chocolats et sucreries.jpg
      Les aliments nocifs pour vos animaux   L’avocat : l’avocat contient de la persine, toxine fongicide inoffensive pour l’homme…
  • A lire !
    chien mauvaises habitudes.jpg
      A lire !   Faire perdre ses mauvaises habitudes à son chien de Colin Tennant, aux éditions Marabout, mai 2011   Chien…
  • L' Année du "I"
    prnoms en i - 2013.jpg
    La lettre « I» est à l’honneur cette année. Si vous peinez à trouver un petit nom pour votre nouveau compagnon, nous vous proposons une…
FAQPresseCGUInformations légalesNos partenairesPublicitéBoutiques en ligneContactComportementalistePlan du site> Devenez fan de notre FacebookTous les articles

Réalisation: Sixième sens Multimédia